Skip links

SEO + UX = SXO ?

Nous avons été missionnés par l’agence Atypicom pour l’écriture d’une série de newsletters mensuelles baptisées « Le Screenshot » et dont l’objectif était, au moyen d’une ligne éditoriale à la fois pointue et effrontée, de traiter de divers sujets rattachés à l’actualité numérique. En voici un extrait, sur le Search Experience Optimization (SXO) :

Certains lèveront les yeux au ciel, d’autres resteront coi, mais tous en auront entendu parler : le SXO, ou Search Experience Optimization, est l’un des nouveaux acronymes à la mode dans le macrocosme numérique. Cette nouvelle invention géniale de webmarketeurs obstinés à révolutionner les internets se propose de conjuguer avec une efficacité redoutable les grands principes d’optimisations des moteurs de recherche avec ceux de la conversion sur un site web. Qu’en est-il réellement ?

Les fondements de l’UX et du SEO

Quelques rappels sont nécessaires avant d’aller plus loin. Le SEO, Search Engine Optimization, désigne un ensemble de pratiques techniques et sémantiques généralement déployées sur un site web pour optimiser la visibilité de ce dernier sur un moteur de recherche. L’UX, User Experience, désigne l’expérience vécue par un utilisateur lorsqu’il interagit avec quelque chose.

S’il fait sens de ranger l’UX dans la grande catégorie du webmarketing, notamment lorsqu’il est utilisé à des fins d’optimisation de la conversion, cela l’est déjà beaucoup moins pour le SEO qui, au risque d’en étonner certains, n’a fondamentalement rien à voir avec le marketing en tant que tel.

On rappellera à toutes fins utiles que le marketing s’occupe historiquement du contrôle et de la gestion de la consommation, donc des messages, lesquels sont susceptibles d’influencer le comportement de l’utilisateur. Le SEO n’a quant à lui d’autre vocation que d’optimiser le support du message (en ce qui nous concerne ici, un site web).

Dans ces conditions, difficile de considérer le SXO sous un œil bienveillant sans penser que, décidément, on essaie de nous faire avaler de bien belles couleuvres.

Au menu du SXO

Ne soyons toutefois pas trop mauvaise langue et googlisons « SXO » afin d’avoir une idée un peu plus précise sur la force et le potentiel de cette stratégie révolutionnaire.

On y parle trafic qualifié, ergonomie du site, optimisation du taux de conversion, création de contenu pertinent, comprendre l’utilisateur pour améliorer son expérience sur le site, RankBrain, position 0, Knowledge Graph… Soit un bon pot-pourri des principales notions UX / SEO que l’on a labellisé sous une étiquette toute neuve. Le SXO réinventerait-il l’eau chaude ?

Pis encore, certains articles confondent allègrement taux de clic, taux de rebond et taux de retour lorsque vient la phase d’analyse, ce qui n’aide malheureusement pas à prendre le SXO au sérieux […].