Skip links

Faut-il faire des tests gratuits en rédaction web ?

Il y a quelques années, en parallèle de mon boulot, j’avais ouvert une AE pour mettre un peu de cèpes dans mon omelette.

Un jour, coup de téléphone :

— Bonjour, je suis Marie-Josiane de la Tarbandière, j’ai eu votre contact de la part de Truc et je voulais savoir si vous étiez intéressé par une mission de rédaction SEO.

Bon, déjà à l’époque, la rédac’ purement SEO, ça ne m’intéressait plus vraiment, mais qu’importe, “why not” que je réponds, et je creuse le truc.

Sur le papier, c’est tout de même intéressant, et le budget est là, ce qui n’est pas si commun. Bref, discussion cool, tout se passe bien, lorsque :

— Alors, avant d’aller plus loin, je vous propose d’abord de faire un test de rédaction afin de voir si vos compétences sont en adéquation avec ce que nous recherchons.

Silence au bout du fil, je suis un peu WTF. Déjà, si quelqu’un vous recommande, c’est qu’en théorie, vous faites le taf’.

Mais surtout… un test ? RIRES. Je décline aussitôt.

Marie-Josiane a quand même insisté. Trois fois. Trois refus.

À la fin, elle m’a demandé d’y réfléchir, et de rappeler si j’étais tout de même intéressé.

Sur ces entrefaites, message d’utilité publique :

Collègues rédacteurs, si on vous demande de faire un “test gratuit” ou de vous rémunérer si le test est “concluant”…

🏃 Fuyez.

Le test n’est jamais une bonne idée. Bizarrement, on ne demande jamais à un graphiste un “logo-test”, ou à un développeur une “application-test”.

Au même titre que la création d’un logo ou d’une charte graphique, l’écriture d’articles, de pages de destination ou de contenu de marque relève d’une prestation intellectuelle personnalisée en fonction de l’entreprise, de la commande et de l’objectif à atteindre.

Dans ces conditions, un test, c’est bénéficier d’un travail gratuit, ni plus ni moins.

Si votre prospect a besoin d’être rassuré quant à vos compétences, références et portfolio doivent parfaitement remplir cet office 👌